Un univers plus qu'étonnant...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Liam Deren

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Liam Deren   Lun 8 Avr - 13:52

Liam Deren a écrit:

DEREN
Liam Duncan Jared




« Nous avons tous la prétention de souffrir beaucoup plus que les autres »¬




« Qui suis-je ? »¬

Hello ~
Je m'appelle Liam Deren, Duncan et Jared sont mes deux autres prénoms, mais on m'appelle aussi Lia'. J'ai vu le jour le24 novembre 1990 et j'ai donc 22 ans. Sous mes airs d'innocent humain, j'ai, en réalité, une petite différence qui réside en mes dons de pyrotechnie et je peux donc créer et contrôler le feu. Je suis originaire des Etats-Unis, plus précisément de Miami. Présentement, je suis un célibataire éternellement insatisfait, à tendance volage et je suis ouvert à toutes propositions. Je suis en études de droit à l’université de Mystika. Je fais parti des athlètes, car je suis passionné de foot américain, j’en suis fier et cela me convient parfaitement. Il n’y a rien de mieux pour emballer les meufs. En plus d'être étudiant, j'ai un petit boulot étudiant et c'est plongeur à la Casa di Marcello. Je sais, il y a plus classe comme job, mais, bon, on prend ce qu’il y a.


« Coup de foudre au premier regard ? »¬

Objectivement, je dirais que je suis pas mal. Objectivement, bien sûr! Je suis tout particulièrement fier de ma gueule; on m'a souvent répété que j'avais un visage d'ange, et je suis plutôt d'accord. Ce que je préfère dans mon visage? Mes yeux, je dirais. D'un marron foncé plutôt banal, ils sont tout de même veinés d'ambre, ornant mes pupilles d'une multitude de reflets. Mes iris pailletés ne sont pas la seule particularité de mes yeux: leurs formes est également un de mes atouts. Un peu en amande, ils sont d'une taille normale, mais un peu plus grande que la moyenne, offrant un adorable regard aux personnes qui le remarquent. Mes cils noirs très épais rajoute encore plus de charme à mes yeux. Ainsi, j'adore regarder les gens droit dans les yeux, car je sais que très peu de personnes résisteront à la tentation de plonger dedans. J'adore également jouer avec mes sourcils broussailleux; les hausser lorsque je m'interroge ou lorsque je suis surpris, les froncer quand je veux marquer ma désapprobation, en arquer un pour un regard arrogant. Grâce à mes yeux, je peux faire transparaître tous mes sentiments, ce qui est parfois gênant lorsque j'ai quelque chose à cache. Mes yeux ne mentent jamais, c'est là ma plus grande force et ma faiblesse. J'ai un visage relativement normal, avec des traits assez fins, sans tomber non plus dans l'androgénie. Mon menton et ma mâchoire sont assez prononcés, tandis que mon front est plus flou. Mon nez est d'une taille normale, un petit peu en trompette, mais fin et droit. Ma bouche maintenant. La plupart de mes ex m'ont dit que ce qui les avait fait craquer chez moi, excepté mes yeux, était ma bouche. Pourtant, je la trouve normale; un peu trop en longueur à mon goût, je peux l'étirer en toute une panoplie de sourires différents. Mes lèvres, lorsqu'elles s'ouvrent, dévoilent une rangée de dents bien alignés, blanches sans pour autant verser dans le colgate. Une dernière particularité du visage dont je suis si fier? Hum... Mes grains de beauté. J'en ai trois sur la joue gauche. Deux sont très rapprochés; le premier se situe sur l'arête de mon nez et le second, en dessous de mon œil, sur ma joue. Mon dernier grain de beauté est sur ma mâchoire, et il est très prononcé. On croirait une mouche. J'ai toujours trouvé que cela donnait de la grandeur d'âme à mon visage ! Que pourrais-je décrire... Mes cheveux ? Ils sont normaux. Bêtement bruns, ils sont tout le temps emmêlés. Je dois dire que je ne me coiffais pas du tout comme je le fais maintenant. J'avais la coupe du « surfeur », c'est à dire la mèche devant les yeux, lorsque j'étais plus jeune. Mais vers 14 ans, j'ai changé. Sans être une crête, ni une mèche, je mets pas mal de temps à me coiffer le matin, et j'use pas mal de gel, aussi. Il paraît que ça met mon visage en valeur. Du moment que ça me permet de choper des meufs, tant mieux. C'est à ça que ça sert, après tout, un beau visage!
Mon style aussi attire pas mal; passe-partout, un peu rock, je mets pas mal de jean. Ça va du slim au jean troué, en passant par celui taille basse. Je mets des chaînes sur mes pantalons, et je porte des tee-shirts blancs stylisés avec des motifs noirs. Je porte pas mal de lunettes de soleil noires, aussi, j'aime bien, ça fait genre. Des vestes, j'en ai des tas. Surtout des vestes de costumes ou de treillis. C'est toujours classe. Quant aux chaussures, je porte pratiquement que des Converses. Des baskets, aussi, de temps en temps, mais bon, on est toujours plus à l'aise en chaussures de toile. Je n'aime pas porter deux fois de suite les même vêtements, je me change donc assez souvent. La seule chose que je garde toujours sur moi, c'est une chaîne autour de mon cou, d'où pend un pendentif. C'est un médaillon rectangulaire, avec un flingue dessus; la médaille de mon frère. Je ne l'enlève jamais. C'est pour me rappeler toujours mon frère, pour ne pas l'oublier. Je ne l'oublierais jamais, d'ailleurs. Mais ça, c'est une autre histoire. Mon histoire...


« Ma différence fait ma force »¬

Mon pouvoir… Ah… Quelle relation conflictuelle il règne entre moi et mon pouvoir. Partons des faits. Le feu, c’est cool. Avec le feu, on peut faire cuire des trucs, brûler des trucs, se réchauffer, allumer sa cigarette, bref, c’est cool. Alors créer et contrôler le feu, c’est encore plus cool. Jusque-là, je suis d’accord avec vous. Seulement, lorsque t’as 7 ans, et que tu te mets à faire office de lance-flamme sous prétexte que tu es énervé, ça le devient tout de suite moins. Le contrôle de mon pouvoir a été long à acquérir, je l’avoue. Même si je suis un mutant, j’ai mes forces, mes faiblesses. Sachant que la patience n’est pas forcément une de mes plus grandes qualités, je n’ai pas cherché à contrôler mon pouvoir, tout d’abord. Puis, je m’y suis fait. J’ai appris à maîtriser la sortie du feu, à le façonner. Maintenant, j’ai ce qu’on pourrait appeler le total contrôle de mon pouvoir, même s’il m’arrive encore de souffler des petites flammes lorsque mon énervement est à son comble. J’aime l’idée d’être un dieu du feu, même si cela apporte souvent plus d’ennuis qu’autre chose. Alors j’ai pris l’habitude de taire cette particularité. Les autres en vivent mieux, et moi de même. Ce n’est pas le fait que l’on mente qui est problématique, au final, seulement celui que les gens apprennent que vous avez menti. Donc s’ils ne l’apprennent pas, tout va pour le mieux ! J’évite d’utiliser mon don. D’ailleurs, maintenant, à l’ère de la technologie et de l’électricité, qui a besoin d’une torche humaine ? Mon don n’est pas très pratique, sauf pour m’arriver des ennuis. Alors je frime un peu avec, je fais quelques tours pour épater les femmes, mais voilà, ça s’arrête là. C’est comme savoir toucher son nez avec sa langue. C’est totalement inutile, mais c’est plutôt marrant.


« On a tous ses petits traits de caractère... »¬

Je suis ce que l'on appelle le prototype même du mec; branleur et prétentieux, je suis persuadé que les filles tombent comme des mouches devant moi. J’ai, avouons-le, un physique plutôt avantageux et je m’en sert comme d'un accessoire. Ainsi, depuis mes 14 ans, je collectionne les conquêtes et je m’en vante particulièrement. D'un naturel volage, je couche avec tout ce qui bouge, puis jette le lendemain, au grand dépit des demoiselles. Pour moi, l'amour n'existe pas, et je préfère m'amuser plutôt que m'engager; le mariage raté de mes parents ne m’aura pas été bon exemple. Cependant, je suis un ami fidèle par excellence. Si je me contre-fout de l'amour, l'amitié, pour moi, c'est sacré. Après la mort de mon frère, seul personne que j’aimais vraiment, je me suis tourné vers mes amis, qui ont été très concernés. J’ai beau être parti de Miami, je reste néanmoins très attaché à mes amis, au point d'avoir demandé à Logan, mon meilleur ami, de m'accompagner à Mystika. Je garde de très bonnes relations avec mes amis de Floride; le contact est gardé via nos portables, Facebook ou MSN. Je profite des vacances pour retourner là-bas, squatter chez Sofia, ma meilleure amie, puis retourner à Mystika. J’adore passer du temps avec mon groupe de potes. Une super soirée, généralement, c'est égale à un début de soirée tranquille, à jouer de la guitare sur la plage et fumer, puis aller faire un tour en boîte, sortir dans les rues, se bourrer la gueule, revenir sur la plage et finir explosés, mais hilares, sur Miami Beach. Même si je suis paresseux, orgueilleux, bavard, volage, exubérant et prétentieux, je suis un gars loyal, présent, marrant, décontracté et relativement agréable à vivre.
J’adore dresser des listes de ce que je veux, c'est mon côté un peu méthodique. La dernière du style fut sur mes peurs et mes rêves. Ça donnait un truc du genre:
Envie de devenir champion de foot ; réussir mes études; aller à Paris; me trouver des une copine; adopter un pingouin; acheter trois donuts; manger trois donuts; ne pas vomir les trois donuts; acheter une Vespa; visiter le Mexique entre potes; retourner surfer à Miami Beach; rencontrer des gens connus; avoir un B+ a un DST de maths.
Peur de ne plus avoir d'amis ; acheter trois donuts ; les manger puis les vomir ; rester plongeur toute ma vie ; devoir tomber dans la prostitution pour me nourrir, puis être tellement pauvre que j’en devienne SDF, pour ensuite mourir, dévoré par des pingouins ; casser ma guitare Gibson ; devoir retourner à Miami, dans la maison de ma mère.


« Extras »¬

Personnellement, les humains, je les adore. Enfin, ça dépend qui. Après tout, j’essaye moi-même d’être humain, alors pourquoi me mettrais-je à les critiquer ? Ce sont juste des mutants, mais en… normaux. Seulement, il n'y a pas qu'eux ! Il y a les monstres aussi... J’ignore vraiment s’ils existent, j’ai cru comprendre que les mutants, comme moi, n’étaient pas les seuls êtres un peu « extraordinaires » qui peuplaient cette terre… Je ne sais pas trop quoi en penser réellement. Je verrais bien quand j’en rencontrerais un.

Mais, il n'y a pas que cela dans la vie! En fait, il y a quelque chose de plus important qui me tient à coeur et c'est réussir mes études, aha, ça serait pas mal. J'aime aussi l’idée que je puisse contrôler totalement mon pouvoir un jour, mais je déteste pour mourirl’idée qu’on me rejette à cause de ça. Je dois déjà me battre contre les préjugés sur les bisexuels, alors bon, hein, j’ai d’autres chats à fouetter. Il y a autre chose que j'ai en horreur et c'est dormir, le soir. Lorsque je ferme les yeux, je me souviens encore trop nettement de passages de ma vie que je préfèrerais oublier. Si j'avais à me choisir une chanson thème, ce serait sûrement Prayer Of The Refugee, de Rise Against


« Chaque personne a sa propre histoire »¬






Je suis né à Miami, le 24 novembre de l'an 1990. C'était il y a 22 ans. Entre ma naissance et aujourd'hui, il y a eu assez de temps pour que des drames arrivent. Les attentats de Madrid en 1995, ceux du World Trade Center en 2001, le tsunami dévastateur de 2004, les bombes du métro de Londres en 2007. Mais aussi pas mal de drames personnels. A l'hôpital, le jour même de ma naissance, alors que je voyais à peine le visage de mes parents, il y a probablement des dizaines de personnes qui sont mortes. Toujours est-il, que moi, j'ai survécu. Un accouchement difficile, répétait souvent ma mère en me regardant, lorsque ses yeux étaient vides, embués par l'alcool. Difficile, ça oui, assez pour que, très exactement, 17 médecins et infirmières se soient occupés de moi, alors qu'un incendie avait été déclaré à l'est de la ville. A cause de moi, déjà, des gens mourraient. Enfin, ça, je ne l'ai appris qu'après, bien longtemps après ma naissance. Toujours est-il que le bonheur que j'ai procuré à mes parents a été très court. Ils n'ont même pas tenus trois ans de plus ensemble. Ils n'ont même pas voulu m'offrir une éducation stable. Ils ont divorcé l’année de mes 15 ans, mais c’était comme s’ils ne vivaient plus ensemble depuis belle lurette. La seule personne qui m'a vraiment compris, c'est mon frère; Chris a été là pour moi. Depuis qu'on était mioche, il me protégeait. Je crois que lui, c'est le seul que j'ai jamais vraiment aimé, à part mes potes. Bref. On a grandi ensemble, on vivait chez nos parents. J'ai jamais aimé mon père; la façon ignoble dont il a abandonné ma mère, comme il l’a laissée sombrer dans la dépression, a laissé des traces, même minimes, dans l'esprit du petit garçon que j'étais à l'époque. Je n'ai jamais aimé ma mère pour autant. J'avais juste de la pitié pour elle. Une femme, dévastée par le chagrin, mais qui s'apitoie sur son sort et ne fait rien pour le changer Maintenant, je n'ai plus que du mépris pour elle. Mais, commençons par le commencement, si vous le voulez bien.
Lorsque Jared Deren, mon futur père, jeune militaire de 25 alors, voué à une carrière brillante, rencontra Courteney Hewitt, ma future mère, à une conférence donnée par un de ses supérieurs, il ne tomba pas tout de suite amoureux, je pense. Lui était plutôt séduisant, elle relativement jolie, ils se remarquèrent tout de suite. Néanmoins, aucun des deux ne fit le premier pas. Jared étant ici pour le travail, Courteney pour les études, ils ne pouvaient pas réellement commencer à se parler. Leurs chemins se séparèrent ainsi. Une rencontre inattendue dans un café et trois ans de vie commune plus tard donna naissance à Christopher, le petit ange de ses parents. Le petit garçon grandit dans un amour parental plus que total, et, à quatre ans, réclame bientôt un petit frère ou une petite sœur.
Je suis donc né à l'hôpital de Miami, le 24 novembre 1990, à 3h21 du matin, après une journée et une nuit de souffrance pour ma mère, si j'écoute ce qu'elle déblatère à longueur de journée. Mon enfance jusqu'à mes trois ans se passe de commentaire; j'ai été bien nourri, élevé, et aimé par mes parents, adoré par mon grand frère, jusqu'à l'année de mon troisième anniversaire. Je n'en ai pas beaucoup de souvenirs, mais c'était pas joyeux-joyeux. Ma mère pleurait tout le temps, mon père lui criait dessus, ma mère se remettait à pleurer. Je crois même que mon père a fini par la battre. Enfin, ça, je ne le saurais jamais. Seul Chris a pu le voir, mais il m'emmenait dans ma chambre en me tirant par la main chaque fois que ça dégénérait. Il jouait avec moi, longtemps, jusqu'à ce que le bruit des disputes s’estompe. A ce moment-là, on savait qu'on pouvait retourner les voir. J’étais vraiment petit, mais je sais que c’est à cette époque-là que les premières manifestations de mon don ont eues lieu. Je pense que j’ai effrayé tout le monde, ce qui a rajouté de la tension dans la famille. En effet, qui a envie d’avoir un gamin mutant ? Ma mère a commencé à boire à ce moment-là, mais en cachette je crois. Jared est devenu de plus en plus distant avec le petit garçon d’alors 8 ans que j’étais. Il ne s’occupait plus que de Chris, âgé de 12 ans. Je ne m’en rendais pas vraiment compte, et les quelques compliments que mon père m’adressait marquaient plus mon cœur et mon esprit que le silence méprisant quotidien. En revanche, Chris était assez grand pour s’en apercevoir. Il devint plus froid avec notre père, qui prenait sa distance pour le début de l’adolescence. Un soir, il se disputa violemment avec Jared, lui crachant au visage qu’il ne supportait plus son dédain envers moi.
J’ai assisté à la scène, et, choqué, j’ai vu mon père frapper Chris. Aussitôt, toute la réputation de héros de mon père s’effondra pour moi. C’est comme si la barrière que j’avais dressé pour me protéger de son indifférence s’était écroulée. J’ai souvent été peiné que Jared ne m’accorde pas plus d’intérêt qu’à un lavabo défectueux, mais cela passait encore. Tandis que frapper mon frère, ça, personne, à part moi-même, n’avait le droit de le faire. Encore moins un vieil homme aigri et prétentieux. Ce soir-là, Chris partit dans la nuit, on ne le revit pas avant le lendemain. J’étais mort d’inquiétude pour mon frère, mon presque dieu, et je ne dormis pas de la nuit. Mon don m’échappait totalement à l’époque, même si je n’en ai jamais été effrayé. Mon lien avec le feu est tel que rien ne me brûle. J’avais plus peur de foutre le feu à la maison si je m’endormais, tant ma peur me bouffait de l’intérieur. Ma mère, cela faisait plusieurs mois qu’elle dormait sur le canapé, ne trouva le sommeil que très tôt vers le matin. Mon père, lui, dormit comme à son habitude. Depuis des années, il n’avait qu’un fils, Christopher, et je ne comptais pas, ou très peu. Mais ce soir-là, son seul et unique fils, Chris, était mort. Il n’avait plus d’enfant.
Aussi, c’est avec un détachement tout à fait incompréhensible qu’il accueillit Chris, le lendemain matin. Il nous considérait maintenant comme des étrangers qu’il était obligé d’héberger. Courteney ne reconnaissait plus l’homme qu’elle avait épousé et commençait à devenir plus que malheureuse. Dans la miteuse maison où nous vivions, l’ambiance se dégrada. On aurait pu déménager, avec les moyens que mon père avait. Mais Jared décida de ne plus investir un penny dans le bonheur de ceux qui avaient été sa famille. Les disputes, parfois violentes, avec Chris, puis moi, lorsque je devins suffisamment grand pour y prendre part, devinrent habituelles, et chaque repas finissait dans les larmes pour Courteney, dans la rage pour nous autres. En dehors des cours, je ne bossais pas, alors je ramenais des bulletins exécrables, ce qui faisait rager mon père, et m'encourageais à continuer sur ce chemin-là. Pourtant, lorsque l'on a menacé de me faire redoubler, j'ai quand même travaillé, parce qu'au fond, j'ai toujours su que j'aimais bosser. Je voulais faire ce que je voulais plus tard, et même si je ne savais pas encore quoi faire, il fallait que je bosse pour ça. Je voulais devenir quelqu'un, avoir un nom à moi, oublier ma famille. Je me suis découvert une passion dévorante pour le foot américain. C’était une sorte d’exutoire à ma rage constante, ma colère contre mon père, mes déceptions constantes vis-à-vis de ma mère, mon incapacité à bien contrôler mon don. Je joue en ailier, mon rôle, c’est de plaquer les autres. Bref, je travaillais donc au collège, mais en dehors des cours, je suivais les traces de Chris. On traînait dans la rue, on buvait, on se droguait. On avait la vie devant nous, et on l'a saccagée en foutant la merde partout. Le soir où Jared détruisit le portable, le lit et la plupart des affaires de Chris en morceaux avec une batte de baseball fut la goutte de trop. Chris, alors âgé de 16 ans, avait pris sa voiture, le reste des affaires qu’il avait pu sauver à l’arrière, moi à côté de lui, et nous nous sommes enfuis. Nous nous sommes installés chez Alex, le meilleur ami de Chris et grand frère de Logan, mon meilleur ami.
La famille des deux garçons nous accueillit à bras ouverts. Ils connaissaient la réputation de mon père, et s’occupèrent de nous pendant des mois, jusqu’à ce que Jared porte plainte contre eux pour enlèvement d’enfants. Il retira sa plainte peu de temps après, conscient que si la police enquêtait, ils sauraient qu’il avait frappé plusieurs fois ses enfants, chose prohibée aux USA. Aha, ça aurait été tellement jouissif que la police enquête. Tellement... D’après ce que l’on a pu comprendre de notre mère, notre père est parti, sans prévenir, pas longtemps après. Il a fait ses valises et s'est tiré jusqu'à la banlieue chic de Miami où l’attendait une femme blonde souriante. Sa nouvelle femme, son ancienne maîtresse. Bien que mes parents ne soient pas divorcés, c’était tout comme. Dès que j’ai appris ça, j’ai éprouvé une profonde aversion pour cette femme. Katerine. Enfin, j'ai dû m'y faire, vu que c'était tout de même elle qui me nourrissait, vu que nous devions vivre de temps à autre chez notre père. Je suis retourné au lycée et les moments que je passais là-bas étaient bénéfiques. Je n'éprouvais plus de rage en voyant mon père, n'avait plus envie de cracher au visage de ma belle-mère. Lorsque j'ai eu 12 ans, un petit bébé est arrivé à la maison; c'était Estebàn, mon demi-frère. Je m'en fichais un peu qu'il soit là, mais je l'appréciais quand même. Lui ne m'avait rien fait, et même s'il pleurait beaucoup, ce n'était pas grave. Lui, on ne le grondait pas quand il pleurait, contrairement à moi quand j’étais gosse, alors j'étais content pour lui. Mon père m'engueulait souvent. Il trouvait toujours un truc à me reprocher; je pense maintenant, avec le recul, que je lui faisais trop penser à ma mère. Maintenant, j'ai mon propre visage, je ne ressemble ni à mon père, ni à ma mère. Et j'en suis suffisamment heureux comme ça. Chris et moi étions alors âgés alors de 17 et 13 ans, et nous continuions à vivre chez Alex et Logan, ou quelques fois chez notre mère ou notre père, jusqu’aux 18 ans de Chris, âge auquel il prit un petit appart miteux dans un quartier défavorisé de Miami. J’ai alors dû revenir chez mon père. On a vécu une année séparés l’un de l’autre, se retrouvant le plus possible. Au départ, je ne me posais même pas de question sur comme faisait Chris pour payer son appart’. J’avoue que ça ne m’avait même pas effleuré l’esprit. J’aurais peut-être du... C’est l’année de mes 15 que j’ai compris ce que faisait mon frère.
Je m’en rappelle comme si c’était la veille. Un soir, alors qu’on se promenait tous les deux, quatre mains me saisirent brusquement. J’ai reçu un coup à la tête, et, un peu sonné, je ne vis pas tout de suite qu’un groupe de jeunes avaient attrapé mon frère. Je suis revenu à moi quelques instants plus tard, un couteau près du ventre, la vision de mon frère en sang devant moi. Je le vis, par terre, plié en deux, un grand mec tout en noir, une barre en fer ensanglantée devant lui. Je comprenais rien de ce qu’ils disaient. Ils semblaient parler espagnol, et je ne comprenais que des termes par ci, par là. « Tu vas me rendre ce que tu nous dois », disait barre-en-fer. « J’ai déjà tout rendu » murmurait mon frère. La barre s’abattit sur ses côtes. Chris hurla. Moi aussi. La lame s’enfonça près de mon ventre, encore plus menaçante. « Puisque tu veux pas admettre, on va saigner ton frère », annonça le grand portoricain. Chris murmura des mots en espagnol, trop bas pour que je puisse les entendre. Attrapant mon courage à deux mains, ou plutôt sous l’effet de la peur et de l’adrénaline, je me mis à parler également « Allez-y, saignez-moi, frappez-moi, mais laissez mon frère, je vous en supplie ». Je répétais ma phrase en espagnol, et barre-en-fer se mit à rire. Et me frappa. Encore et encore.
Je pleurais, hurlais de douleur, crachais du sang. Chris criait, il criait pour qu’on arrête le massacre. Il criait qu’il allait les payer. Barre-en-fer s’éloigna de Chris et, d’un coup, d’un seul, abattit son arme dans son dos. Etalé par terre, il se mit à vomir. Je vis la plaie béante le long de sa colonne vertébrale. Les mecs rirent. Je sentis alors le couteau s’écarter légèrement de moi. J’en profitais, sans trop savoir ce que je faisais. Je frappai dans le tibia de celui qui tenait le couteau, qui tomba au sol. Avec un grand coup de pied, j’envoyai valser le couteau, puis éclatais le nez du mec à terre. Je me débattis tant que je pu et réussis à s’échapper à la poigne de fer de mes assaillants. Et je me mis à courir. La barre de fer m’avait frappé au ventre, je sentais mon sang couler le long de mes jambes, mais je continuai. Je couru aussi vite que je le pu. M’engouffrant dans une grande artère de la ville, j’avisai une voiture de police. Criant, frappant à la vitre, je leur expliqua, hystérique, ce qui se passait. Les policiers appelèrent des renforts et une ambulance. Un groupe se forma autour du pitoyable jeune homme en sang que je devais être, et un médecin s’avança. « Viens, mon garçon, montre-moi où vous êtes ». Comme dans un semi coma, j’attrapai la main de cet homme et me mis à courir.
L’homme eut du mal à suivre ma cadence effrénée, mais on arriva à temps. Les mecs avaient fui, mais Chris était toujours par terre. Il se mit à sourire et à pleurer lorsque je m’approchai de lui. « Tu es là, mon petit frère, t’es là. » Je répondis en pleurant que oui, j’étais là, que je serais toujours là, et qu’on serait toujours ensemble. Une ambulance arriva, le médecin que j’avais trouvé monta avec nous et aida les urgentistes. Je serrais toujours la main de mon frère. Je la serra le long du trajet. Je la serra à l’hôpital. Je ne voulais pas la lâcher. Cela faisait une demi-heure que Chris était mort, dans l’ambulance, mais je ne voulais pas lâcher sa main. Finalement, Katerine est venue. Elle ne semblait pas bien, et elle n'arrivait pas à m'expliquer. D’un côté, je la comprends. Elle se retrouvait en présence du macchabé du fils de son nouveau mec. C’est pas forcément la situation la plus agréable du monde. Elle m’a parlé, longtemps. Et finalement, elle m’a expliqué ce qui se passait. Mon père remplissait des papiers, à l’intérieur. C’est Katerine qui m’a fait prendre conscience de la mort de Chris. Je restai avec le corps jusqu’à ce qu’on l’embarque. Puis, je m’effondrai en pleurs. Je fus hospitalisé trois jours en soins, plus une semaine et demi en psy. Je refusais de comprendre que Chris était mort. Finalement, mon père m'a fait dégager, sans gentillesse; il savait que c'était de ma faute si mon frère était mort. Il savait que j'aurais pu l'aider, mais que je ne l'avais pas fait. Il devait aussi se douter que c’était à cause de mes pouvoirs que nous avions été agressés. Alors il m'a fait dégager et m'a envoyé chez ma mère.
Elle était complètement droguée et bourrée jusqu'à la moelle. J'ai dû rester avec elle depuis ce jour. Avec cette alcoolique dépressive et droguée. Si je ne l'appréciais pas beaucoup avant, maintenant, je la déteste. J’étais anéanti. J’avais 15 ans, et pensais que ma vie était foutue. Ce fut sans doute l’année la plus dure de ma vie, j’étais dépressif, ne mangeais plus, j’ai perdu mon don pendant un moment. D’ailleurs, j’avais réussi à le contrôler, celui-là, depuis que Chris était parti de la maison en fait. J’ai encore beaucoup de trucs à apprendre, mais c’était de mieux en mieux. Ma dépression était telle que je ne parvenais plus à créer la moindre petite flammèche. Puis, j’ai essayé de me ressaisir. Après près de trois mois sans foutre un pied au collège, je suis entré au lycée et j'ai pris des tas de matières, juste pour passer plus de temps loin de chez moi. La non-combativité de ma mère me rendait fou de rage. Elle se laissait aller, et cela me donnait envie de la secouer, de la tuer, presque. Les rares moments que je ne passais pas au lycée, j'étais à la plage ou chez Sofia, ma meilleure amie.
Elle et sa famille m'accueillaient souvent chez eux, et il n'était pas rare que je reste dormir là-bas, trop harassé de fatigue pour rentrer. Car lorsque je rentrais chez moi, je m'enfermais dans le bureau qui me servait de chambre et travaillais toute la nuit, jusqu'à ce que je m'endorme sur mes cahiers. Cela se passa comme ça pendant plusieurs mois. Quelques mois plus tard, trouvai une autre forme de drogue que le travail pour soulager ma tristesse; je me trouvais donc une fille par semaine, parfois plus, mais des fois juste pour un soir, et, après avoir couché avec elle, je la jetais en silence. Le sexe était devenu une sorte de calmant. Je m'en servais pour évacuer toute la rage et la rancœur enfoui au fond de moi. Logan, mon meilleur pote, me soutenait, et même s'il n'était pas forcément d'accord avec ma façon de faire, il m'accompagnait en boîte presque chaque soir. On rentrait souvent complètement fait, puis on continuait à boire sur la plage. De temps en temps, Sofia venait avec nous; ils ont été super avec moi. Patients et compréhensifs. Après Chris, ce sont les personnes auxquelles je tiens le plus au monde.
Puis, j'ai revu Estebàn. Il n'avait que treize ans et était totalement différent de moi au même âge. Pourtant, il semblait me vouer une sorte de culte, chose que j'ai essayé de lui faire oublier, en vain. Il m'adorait, mais je ne mérite pas cette adoration. Nos relations sont donc devenues un peu étranges. Un coup j'adorai me retrouver avec lui, l'autre je l'envoyais au diable. Il a finalement arrêté de me vénérer et s'est forgé son propre caractère; on s'engueule vachement plus maintenant, mais je l'apprécie d'autant plus. L'année de mes dix-huit ans, mon père est mort en Irak. « Bien fait pour ta gueule » a été la première pensée qui est arrivée à mon cerveau. La seconde a été une vague d'apaisement. Puis, une joie sans borne. Mais pas de tristesse, pas une seule once. J'ai donc fini par déduire qu'à force de l'avoir détesté, il était devenu comme un inconnu pour moi.
Entre temps, la mort de mon frère m'avait rattrapé; j’ai cru apercevoir ses bourreaux, un soir. Je m'étais caché à temps avant qu'ils ne me voient, mais je les savais encore là. Comme j’étais en état de choc après la mort de Chris, je ne m’étais pas posé de question sur les procédures judiciaires. Avec le recul, je me dis que, finalement, il n’y avait pas dû en avoir. Des règlements de comptes, comme ça, il y en a tous les jours à Miami. Pas besoin d’ouvrir une enquête à chaque fois. J'ai donc commencé à chercher à évacuer mon angoisse. Un nouveau trouble s'est imposé à moi. Je vomissais systématiquement ce que j'avalais.
Maintenant encore, c'est un problème, que j'espère résoudre. Le sexe est toujours une distraction, le travail une obligation, mais mon anorexie est un problème. J’ai quitté Miami, mes potes, avec pour seuls bagages une valise pleine de fringues, ma guitare, et le pendentif de mon frère, que j’ai retrouvé dans ses affaires, quelques années auparavant. Je ne savais pas où mes pas allaient me mener. Avec mes économies, j’ai pris un billet d’avion pour la destination la moins chère que je pourrais trouver. Mystika. Dès que j’ai atterris sur cette île, j’ai su qu’elle me plairait. Elle est… différente. J’ai rempli les formalités d’inscription à l’université, en droit, me suis dégoté un petit boulot de plongeur dans un restau, une chambre étudiante, et basta. J’ai pas besoin de plus. Pour l’instant, je vais essayer de vivre normalement. On avisera pour la suite.




« La personne derrière l'écran ! »¬
Nom ou surnom :: J’ai l’habitude de prendre comme pseudo le nom de mon personnage, alors ça sera Liam 
Âge :: 18 ans.
Présence sur le forum (x/10, 1 étant... pas souvent et 10 étant environ tous les jours) :: 1/10 je pense. Je suis pas du genre assidu…
Niveau de rp :: Correct, je pense.
Une remarque sur le forum ou sur la fiche de présentation :: Y a trop de rose, je trouve…
Comment avez-vous connu le forum ? ::Par Lya Wink




Dernière édition par Liam Deren le Mar 9 Avr - 9:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hana Tsukiko
Propriétaire du Maid-Sama & du Loverholic
avatar

Féminin Mon activité RP : 11
Image :D :
Messages : 524
Date d'inscription : 15/04/2011

Some details...
Étudiant en : \\
Emploi: Propriétaire du Maid-Sama & du Loverholic =D
Statut : Amoureuse en secret ._.

MessageSujet: Re: Liam Deren   Lun 8 Avr - 19:41

Hello!
Je vais commencer à lire cette fiche Very Happy
Le seul truc qui me vient vite comme ça, avant d'avoir lu est que l'avatar n'est pas de la bonne taille! Nous demandons des 200*400 ~ On aime voir les choses en grand ou on est voyeurs... ça dépend des avis xD

EDIT : Ta fiche est bien dans ce que j'ai lu, mais il y a un truc, ton histoire commence par : «Je suis né à Miami, le 24 novembre de l'an 1990. C'était il y a 19 ans.» mais, ça fait 23 ans ou plutôt 22 si on prend compte de la date de naissance. C'est une faute de frappe j'imagine ou tu as repris une histoire que tu avais déjà écrite? (si c'est le cas, personne va te taper pour ça xD) Il y a aussi : «Ma mère a commencé à voir à ce moment-là, mais en cachette je crois.» Tu veux dire à boire? sinon, voir quoi?

*______________________________________________*
Put your hand in mine Never let go Never wake up 'cause I'm done with promises I'm taking blood oaths Feels like you could kiss my imperfections My imperfections away And I would stand Stand by your side until the sun turns the sky All the colors I see in your eyes
Ҩ tears buried.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://charm-university.1fr1.net
Shim Yung Jae
Musicien angélique qui joue diablement bien
avatar

Masculin Mon activité RP : 1
Image :D :
Messages : 177
Date d'inscription : 12/09/2011

Some details...
Étudiant en : Musique et littérature
Emploi: Professeur privé de musique
Statut : Célibataire qui ne cherche pas

MessageSujet: Re: Liam Deren   Lun 8 Avr - 20:58

Bienvenue!

*______________________________________________*
Shim Yung Jae
The evil angel


Hey Jong Hyun:
 
Bitch please! XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ren
Sakaime Sora or Seishi Yuki? Who knows if I am a boy or a girl?
avatar

Mon activité RP : 1
Image :D :
Messages : 88
Date d'inscription : 20/12/2012

Some details...
Étudiant en : //
Emploi: maid au Maid-Sama, hôte au Loverholic et mannequin, ainsi que danseuse à ses heures
Statut : Narcissique

MessageSujet: Re: Liam Deren   Mar 9 Avr - 1:25

Bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Umeko Toshio
* MC Meko *
avatar

Groupe : Artistes
Masculin Mon activité RP : 1
Age : 29
Loisirs : Boire, Danser, Animer
Image :D :
Humeur : À fêter! (x
Messages : 90
Date d'inscription : 09/11/2012

Some details...
Étudiant en : Sécurité Publique
Emploi: Animateur au Canal Charm
Statut : Célibataire

MessageSujet: Re: Liam Deren   Mar 9 Avr - 2:10

Bienvenue!! (:

*______________________________________________*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Liam Deren   Mar 9 Avr - 9:55

Merci à tous !

@Tsukiko: je vais modifier ça de suite; le truc, c'est que dans la règlement, il m'avait semblé lire que les avatars pouvaient être en 200*320...
Sinon, j'ai corrigé les quelques incohérences, effectivement, je voulais que Liam soit plus jeune, mais j'ai changé d'avis en cours de route, et j'ai oublié de modifier l'âge... Shame on me ! Pour ce qui est du "voir", effectivement, c'était "boire", mais j'ai écris un peu trop rapidement je pense...!
Revenir en haut Aller en bas
Hana Tsukiko
Propriétaire du Maid-Sama & du Loverholic
avatar

Féminin Mon activité RP : 11
Image :D :
Messages : 524
Date d'inscription : 15/04/2011

Some details...
Étudiant en : \\
Emploi: Propriétaire du Maid-Sama & du Loverholic =D
Statut : Amoureuse en secret ._.

MessageSujet: Re: Liam Deren   Mar 9 Avr - 12:07

Tu as raison, c'était une erreur dans le règlement, mille pardons, mais ça a été corrigé pour éviter les confusions C: && j'aime trop ta chanson thème *-*

*______________________________________________*
Put your hand in mine Never let go Never wake up 'cause I'm done with promises I'm taking blood oaths Feels like you could kiss my imperfections My imperfections away And I would stand Stand by your side until the sun turns the sky All the colors I see in your eyes
Ҩ tears buried.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://charm-university.1fr1.net
Hana Tsukiko
Propriétaire du Maid-Sama & du Loverholic
avatar

Féminin Mon activité RP : 11
Image :D :
Messages : 524
Date d'inscription : 15/04/2011

Some details...
Étudiant en : \\
Emploi: Propriétaire du Maid-Sama & du Loverholic =D
Statut : Amoureuse en secret ._.

MessageSujet: Re: Liam Deren   Mar 9 Avr - 12:08

Validé !


Hello !!!
Tu es officiellement validé ! Tu peux commencer par créer ta fiche de liens, tu n'as qu'à aller ici. Je te conseille aussi de créer ta fiche de RPs, pour ainsi te tenir à jour et toujours avoir un lien vers tes RPs antérieurs, c'est ici. Si tu penses que tu n'as pas d'amis ou que tu veux en rencontrer des nouveaux, viens faire une demande de rp ici. Si tu aimes les potins et veut te tenir à jour, tu peux toujours venir lire le magazine et ainsi avoir un résumé de ce que tu auras manqué ! C'est ici! N'hésite pas à visiter le site de la Charm pour t'inscrire aux divers évènements ou voter au sondage de l'université, c'est ici! Pour rester en contact avec tous tes amis et personnes que tu aimes moins x) Pourquoi pas! Je te conseille de créer ton cellulaire, ici. Tu peux aussi faire une demande de chambre (si tu es un étudiant ou une étudiante) en venant poster ici! Je te demanderais d'aller inscrire ici qui est la personnalité de ton avatar pour que je l'ajoute à la liste et si tu veux un aperçu des personnages sur le forum, vient voir ici!

Pour ma part, je vais te mettre ta couleur et t'ajouter à l'album de l'île ! Tu peux toujours t'y référer si tu n'as pas envie de lire la fiche de quelqu'un, mais d'avoir tout de même un résumé de sa personne ! C'est ici!

Avec tout mon amour xD
Tsukiko

*______________________________________________*
Put your hand in mine Never let go Never wake up 'cause I'm done with promises I'm taking blood oaths Feels like you could kiss my imperfections My imperfections away And I would stand Stand by your side until the sun turns the sky All the colors I see in your eyes
Ҩ tears buried.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://charm-university.1fr1.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Liam Deren   Mar 9 Avr - 12:27

Super ! Merci beaucoup Smile
Aha, oui, Rise Against est un super groupe, hésite pas à aller voir d'autres de leurs musiques, elles sont géniales Wink
Revenir en haut Aller en bas
Hana Tsukiko
Propriétaire du Maid-Sama & du Loverholic
avatar

Féminin Mon activité RP : 11
Image :D :
Messages : 524
Date d'inscription : 15/04/2011

Some details...
Étudiant en : \\
Emploi: Propriétaire du Maid-Sama & du Loverholic =D
Statut : Amoureuse en secret ._.

MessageSujet: Re: Liam Deren   Mar 9 Avr - 13:03

Je sais, je les écoutais quand j'étais au secondaire Razz et la nostalgie me reprend un peu parfois :') C'est bien écouter de la musique dont je comprends les paroles parfois xD Bref, je ne vais pas me mettre à flooder, sinon je devrai me taper les doigts x)

J'espère que tu te plairas bien parmi nous C:

*______________________________________________*
Put your hand in mine Never let go Never wake up 'cause I'm done with promises I'm taking blood oaths Feels like you could kiss my imperfections My imperfections away And I would stand Stand by your side until the sun turns the sky All the colors I see in your eyes
Ҩ tears buried.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://charm-university.1fr1.net
Li Young Im
Journaliste en chef du journal étudiant
avatar

Groupe : Rédactrice en chef du magazine
Féminin Mon activité RP : 1
Messages : 180
Date d'inscription : 23/04/2011

Some details...
Étudiant en : Arts & Littérature
Emploi: Maid au Maid-Sama
Statut : Célibataire qui cherche à oublier une personne

MessageSujet: Re: Liam Deren   Mar 9 Avr - 14:46

Bienvenue!
Bon choix d'avatar :3

*______________________________________________*
I'm so sorry to not remember anything... but even so, I don't need memories to know how much I love you and I just want to make you the happiest man in the world.







(c)Smynter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Liam Deren   Mar 9 Avr - 15:57

Merci beaucoup Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Lya R. Steevens

avatar

Groupe : Pompom
Féminin Mon activité RP : 0
Age : 23
Loisirs : Chant, Danse et taquiner ceux qui m'entourent
Image :D :
Humeur : Changeante
Messages : 39
Date d'inscription : 03/03/2013

Some details...
Étudiant en : Art
Emploi: Serveuse au Little Coffee Shop
Statut : Celibataire&dangereuse

MessageSujet: Re: Liam Deren   Mer 10 Avr - 14:22

KYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYAAAAAAAAAAAA ! *Lui saute dessus* BIENVENUE MA PETITE CAROTTE ! Ahah, comme ça tu ne pourras pas dire que je suis une malpolie qui ne dit pas bienvenue Smile

*______________________________________________*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Liam Deren   Mer 10 Avr - 16:33

Aha, ça t'a vraiment vexé, hein ? ;P
Merci beaucoup :3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Liam Deren   

Revenir en haut Aller en bas
 
Liam Deren
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charm University :: Fiches de présentations-
Sauter vers: