Un univers plus qu'étonnant...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Frères des Bois...

Aller en bas 
AuteurMessage
Park Sunsu

avatar

Groupe : /
Masculin Mon activité RP : 3
Loisirs : Little Coffee Shop
Image :D :
Messages : 166
Date d'inscription : 19/04/2012

Some details...
Étudiant en : Medecine
Emploi: Little Coffee Shop
Statut :

MessageSujet: Frères des Bois...   Lun 9 Juil - 23:53

J'étais toujours nouveau en ces lieux. Cela faisait quoi? Quelques semaines? J'avais toujours un peu de mal à m'habituer à être entourés par d'autres gens comme moi. Mes connections avec la magie ou toutes les étrangetés de la nature avait surtout en compagnie de ma dame-mère. Le reste du monde était humain et 'normal' où j'ai longuement vécu…durant mille deux cent vingt-six ans…rien à voir avec les drôles de visages que je pouvais voir. Rare était ceux qui était humain ici…ou s'il y en avait, la majorité avait des dons. Je ne m'habituais pas encore, mais je devais avouer que j'étais à mon aise bien plus qu'où je me trouvais avant. Le Little Coffee Shop et mon sunbae m'aidaient beaucoup à être beaucoup plus à mon aise dans ce nouveau monde qui s'avérait avoir une partie de mon image.

Nous étions tous des reclus du monde dit normal. Ici, nous étions normales dans toutes nos différences. Il y avait longtemps que je n'avais pas été à mon aise de la sorte. J'en oubliais presque MinSeul…Mais j'en oubliais pas les crimes que j'avais pu commettre. Même un renard commun n'aurait jamais commis des crimes aussi violents ni en si grand nombre. Mon âge ne m'aidait pas. Et j'avais été entrainé par cette dame fourbe. Je ne m'étais même pas défendu ou enfuit. Je m'étais plié à ses demandes dans l'orgueil, l'avarice, la curiosité et soif de grandeur face aux miens. Qui aurait cru que j'aurais fait tout ce chemin? Je l'ai suivis sans même vraiment m'en rendre compte. Il m'a fallut me faire prendre à mon propre jeu pour que j'ouvre les yeux…

À l'université, j'avais la chance de rencontrer, malgré que nous soyons en été, d'autres personnes comme moi. Je veux dire par là; des personnes qui leur manquaient des informations sur quelque chose pour être à niveau avec les autres. Pour ma part, malgré que j'avais longuement vécu autant en nature qu'avec les humains, je n'avais pas réussi à suivre l'évolution de la technologie. J'étais pris au piège autant dans le monde extérieur qu'ici. Je me devais d'apprendre ces choses, si je voulais apprendre à cohabiter avec les gens. Un chasseur solitaire devait savoir quand la partie était bonne à jouer et quand il fallait abandonner. Moi c'était de trouver de nouvelles limites tout simplement.

Seonsangnim m'avait un peu poussé, il y a peu, à aller vivre dans les dortoirs de l'école. Ça valait mieux d'être avec des gens de 'mon âge', mais on sait tous qu'il voulait dire 'en apprentissage comme toi'. Je ne voulais pas y aller. Sachant qu'il y avait des humains qui étudiaient à cet école, j'avais peur que l'un d'entre eux partage la chambre avec moi. Je n'avais pas peur de lui, mais bien de moi. Un renard est un chasseur. Ce que j'ai appris toute ma vie; c'était de chasser…tuer…manipuler. J'avais abandonné, ou plutôt j'essayais d'abandonner cette horreur en moi. Et si cet humain me faisait commettre l'irréparable? Le propriétaire du café a dû me trainer jusqu'à l'entrer de l'école pour que je finisse par me décider à trainer mes quelques bagages à l'intérieur en direction des dortoirs. Je venais à l'école à tout les jours. Et à tout les jours, je retournais aider au café, mais je ne revenais jamais passer la nuit.

Enfin arriver à la hauteur de ma porte, je l'ouvris remarquant qu'il n'y avait personne. Je soupirai de bonheur. La disposition de la chambre était un lit d'un côté, un mince mur qui séparait de l'autre lit qui se trouvait à l'opposer. Les commodes étaient appuyées contre le mince mur, de chaque côté, pour les propriétaires du côté de leur chambre. Je remarquai bien rapidement que mon compagnon de chambre avait déjà prit le côté de la chambre avec les fenêtres. Pas le temps de fouiner plus, je jetai mes choses sur mon lit. Je n'avais qu'un petit sac, mais surtout un tas de bouquins. Je rangeai le tout rapidement avant de retourner jeter un petit coup d'oeil au reste de la pièce. À l'entrée, qui se trouvait de mon côté de la pièce, l'on trouvait une table et un petit nécessaire pour pouvoir se débrouiller pour être capable de 'cuisiner' un semblant de quelque chose. À la même hauteur, mais de l'autre côté de la pièce, il y avait la salle de bain. Je soupirai gravement, attrapai mes manuels scolaires pour la journée et repartit. Je n'avais pas hâte, mais pas du tout, de devoir vivre avec quelqu'un d'autres….

Les jours passèrent. Je ne croisais jamais mon compagnon de chambre, et cela faisait bien mon affaire, sauf que je savais qu'il venait bien ici pour se reposer. Nos horaires ne semblaient pas se ressembler. La seule qui me rassurait c'était que je l'entendais respirer lorsque je me levais le matin avant d'aller courir. Ce fut durant un de ses matins que mes sens semblèrent me revenir. N'oublions pas, j'avais beau être un renard à neuf queues, j'étais toujours un renard. Il y avait cet odeur, comment dire, familière? Quelque chose qui me rappelait la maison. Mon nez m'amena jusqu'à la partie de chambre de mon colocataire. Je m'arrêtai en chemin regardant avec de grands yeux le garçon qui dormait. Ce fut la nouvelle la plus rassurante du siècle. Je partageais la chambre avec quelqu'un venant des bois comme moi.

Mes journées devinrent moins lourdes à l'idée que j'avais une sorte d'allié, malgré que je ne le connaissais aucunement. Même ennemi ça serait rassurant. Il y avait toujours cette histoire de 'lequel d'entre nous était le chasseur et lequel la proie?'. Et puis quoi encore? S'il avait un lien aussi grand que moi avec la nature, il saurait se défendre. Il m'était arrivé à quelques reprises de le croiser à la suite. Parce que j'avais moins peur d'être présent dans cette chambre. Nous nous saluions de mouvement de la tête poli. Il y a rien là, mais pour moi c'était suffisant pour ne pas que je décampe chez le propriétaire du café à nouveau. Je n'étais pas d'un naturel bavard et il semblait en être de même pour lui. Mais comment ne pas être curieux d'où il venait et qu'est-ce qu'il était réellement? Je n'avais pas tendance non plus à parler de façon à ce que les gens me comprennent aujourd'hui.

Il était là à se préparer à aller je ne sais pas où, un soir que mon seonsangnim m'avait dit ne pas venir qu'il fallait que je laisse travailler l'autre demoiselle, je le regardis se préparer d'un oeil curieux. Je détournais toujours le regard en lisant mes propres trucs. J'aurais aussi bien pu sortir pour lire, mais je ne le fis pas. J'étais trop curieux à vouloir en connaître plus sur cette étrange énergie familière qu'il dégageait. C'était comme de dire à un enfant de ne pas aller dans tel pièce. C'est comme s'il y avait un trésor et il y accourrait presque aussitôt qu'il en aurait la chance. Mon regard croisa le sien et je lui lançai un petit sourire. C'était plus la cuisine qui semblait l'intéresser, mais peut importe. J'avais conscience que mon regard devait être lourd, mais je ne pouvais pas croire qu'il n'avait pas deviner que nous avions des points bien forts en communs. Comment engager la conversation avec quelqu'un sans l'énerver?


-Serait-ce….impoli de demandez comment vous vous appelez? Moi c'est SunSu…

Je m'étais assis à la pointe de mon lit et continuais à le regarder faire ses allés-retour. Il s'était arrêté certe, mais ça ne voulait pas dire qu'il allait me répondre. Je restais une sorte d'inconnu. Il était tout autant un inconnu pour moi. Mais un milieu où nous étions comme ''forcé'' de cohabiter ne valait-il pas mieux de rendre les choses plus légère et laisser quelques barrières tomber?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frères des Bois...   Sam 21 Juil - 13:33

Il y a peu de temps, j’ai finalement décidé de me prenne une chambre à l’université. Je sais, ça ne me ressemble pas du tout, moi qui dors n’importe quand n’importe où! J’aurais préféré avoir un petit appartement au centre-ville comme celui de Ki Bum, mais mon faible salaire au Sou Kawaii ne me permet pas ce genre de luxe. Mon patron m’a déjà offert plus d’heure, mais j’ai dû refuser à cause de mes nombreux entraînements … Il m’arrive de me demander si tout ce temps consacrer au sport n’est pas une perte de temps. Ce n’est pas comme si c’était réellement mon rêve, mais j’ai simplement l’impression que je ne sais rien faire d’autre. Heureusement que j’ai quelques amis chers pour m’encourager.

Comme je le disais un peu plus tôt, j’avais finalement décidé de me prendre une chambre dans le dortoir masculin. J’étais nerveux à l’idée de partager ma chambre avec un inconnu. Je déteste rencontrer de nouvelles personnes et encore plus si cette personne veut à tout prix devenir mon ami. Je n’aime pas lorsqu’on pénètre ma petit bulle … J’espérais être jumelé avec Jin Ki, mais en voyant le numéro de chambre, je savais que ce n’étais pas la sienne.

Une fois arrivé devant la porte, je pris une grande respiration avant d’entrer. C’est un peu drôle, car il y a quelques temps, j’entrais dans n’importe quelle chambre sans me préoccuper de ce que les étudiants diraient. Je me foutais complètement des autres et maintenant, je suis nerveux et je prends une énorme inspiration pour faire bonne impression à mon futur colocataire. Je crois que j’ai fait un énorme pas dans le bon chemin! J’ouvris la porte et à ma grande surprise, l’endroit était désert. Je fus soulagé et j’en profitai pour placer mes quelques livres sur l’étagère, près du lit au fond de la pièce. Il ne me restait qu’à déménager mes vêtements et quelques trucs que je laissais chez Key.

Le temps avançait et j’étais complètement installer dans la chambre. Aucun signe d’un colocataire, même si j’espérais de plus en plus en avoir un … Je ne sais pas pourquoi, j’étais curieux à l’idée de savoir quel genre de personne cohabiterait avec moi. Ce n’est qu’une petite semaine plus tard que je vis l’autre moitié de la chambre se remplir un peu. Je savais que je n’étais plus seul, mais jamais nous nous étions croisés. Ça me rendait un peu nerveux, mais rien de maladif. Il faut dire que je ne li portais pas beaucoup d’attention, je l’entendais se lever le matin ou bien arriver après moi le soir et je ne me levais pas pour aller le voir …

Ce n’est qu’après un grand laps de temps que nous nous croisions pour la première fois. Je ne savais pas du tout comment réagir et puisque j’étais en retard pour mon boulot je le saluai poliment d’un signe de la tête. Depuis ce jour, j’avais l’impression de le croiser beaucoup plus souvent. Nous nous saluions toujours de la même manière. La seule phrase que je lui ais dites jusqu’à maintenant est ; Est-ce que tu as besoin de la salle de bain avant que je prenne une douche? Je ne sais pas pourquoi je n’arrivais pas à lui parler plus, c’est mon coloc après tout! Je dois vivre avec lui pendant une année complète et il m’a l’air d’un gars sympathique …

À plusieurs reprise je voulu lui parler, mais j’étais tout simplement incapable, donc j’abandonnai l’idée assez rapidement. Ce soir, je devais sortir au Wet’N’Wild avec ma petite bande habituelle. Je me préparais tranquillement même si je me sentais observé. Je lui jetais quelques regard de temps à autres, mais à chaque fois il semblait concentrer dans sa lecture. J’avais l’impression d’être légèrement paranoïaque! xD Mine de rien, je me changeai dans ma moitié de chambre. J’essayais toutes sortes de vêtements et à chaque fois j’allais voir à la salle de bain si c’était beau … Je trouvai finalement chaussure à mon pied. Un ensemble noir plutôt banal, mais que j’apprécie beaucoup. (Image)

Une fois convenablement habiller, je me dirigeai vers notre mini cuisine commune et je croisai par la même occasion le regard de mon colocataire. Il m’envoya un sourire léger et j’en fis de même pour ne pas le mettre mal à l’aise. Je n’ai pas envie que nous soyons ennemis! À ma grande surprise, je l’entendis m’adresser la parole. Légèrement surpris j’arrêtai ce que j’allais entreprendre.

< Je … Je m’appelle Min Ho. >

J’étais heureux de savoir son nom, c’était une étape de franchit, mais je me demandais si j’allais être capable de continuer cette conversation. Qu’est-ce que j’étais censé dire par la suite? Confus, je retournai à la salle de bain pour finaliser ma préparation. Un peu de désodorisant, du parfum, un coup de peigne et j’étais finalement prêt. Je retournai à la cuisine, je pris une boîte de ramen et je fis chauffer de l’eau.

< Est-ce que tu as faim? Je … me fais des ramens si tu en veux. >

Bravo Flame, tu es un vrai champion de la conversation. Tu as maintenant l’air d’un ‘’akward’’ social. Pense à quelque chose, vite!


Dernière édition par Ahn Min Ho le Dim 9 Sep - 0:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Park Sunsu

avatar

Groupe : /
Masculin Mon activité RP : 3
Loisirs : Little Coffee Shop
Image :D :
Messages : 166
Date d'inscription : 19/04/2012

Some details...
Étudiant en : Medecine
Emploi: Little Coffee Shop
Statut :

MessageSujet: Re: Frères des Bois...   Mar 31 Juil - 13:02

Je fus surpris de me faire répondre. J'était tout d'un coup tout énervé d'avoir eu une simple réponse. Mon sourire s'élargit et je soupirai silencieusement pour moi-même. Mon colocataire s'appelait Min Ho. Les présentations qui avaient souvent été faite par ma dame-mère, j'avais réussi à les faire moi-même pour une fois. Je ne sais pas pourquoi, mais auparavant, je me fichais de l'identité des gens que je côtoyais. Il en valait encore pour aujourd'hui il fallait croire. Sinon je saurais qui était ma dame-mère en réalité et de même pour mon patron, celui qui m'avait ramener ici. MinHo était le premier à qui je me présentais en premier en espérant qu'il se présente aussi. Il l'avait fait aussi, mais je n'avais même pas remarquer de part ma joie qu'il semblait tout aussi heureux que moi de ce premier pas. Pas que nous étions à présent ami, il fallait bien s'en douter, mais que maintenant ça donnait un certain côté officiel au fait que nous étions colocataire de la même chambre.

Il quitta presque aussitôt la pièce commune pour aller à la salle de bain. Ça me déconcertait un peu. J'avais à présent l'impression que de connaître le nom de quelqu'un n'était pas grand chose. Je n'étais pas de nature patient, mais quelque chose me disait que je découvrirais peu à peu sur la personnalité de mon compagnon et qu'il ne me servait à rien de presser les choses. Je pinçai mes lèvres de manières pensives, puis me décida de me déplacer vers l'autre côté du lit pour ramasser mes choses et poursuivent tranquillement mes petites études. Elles me semblaient beaucoup moins intéressantes à présent. J'imagine que c'était ainsi lorsque l'on rencontrait des gens dont l'on était curieux de connaître. La situation me rappelait un peu une que j'avais déjà eu. Mon coeur se serra et je dû me rappeler, avec quelques claques mentales, que l'énergie qu'il dégageait n'était pas humaine et que nous n'étions pas plus dans le monde des hommes et que je n'avais pas plus les mêmes intentions qu'autrefois. Tout devrait bien aller. Si je prenais les choses une à la fois, il n'y avait aucun risque que le démon en moi arrache son visage, de toute manière, je serais trop faible pour ça et je savais que je n'avais pas à le faire. Il n'était pas un prédateur et je n'avais aucune envie d'en être un.

MinHo finit par ressortir de la salle de bain et commença à préparer ce qui allait devenir son souper. C'est alors que je l'entendis me parler à nouveau, me demandant si j'avais faim. Le simple fait de parler de nourriture me donnait faim en générale et c'est à ce moment que mon ventre me lança un petit cri approuvant l'idée. Je ne pus m'empêcher de sourire à nouveau. C'est le regard un peu paniqué de MinHo qui me déstabilisa. J'excusai d'un signe de la tête et me leva.


-Oui je veux bien. Je sais que ce n'est pas vraiment de quoi que l'on a besoin d'aide pour cela, mais si tu as besoin!

Je me dirigeai vers la cuisinette ou il se trouvait et sortit deux bols. Je tentai de l'aider du mieux que je pouvais, pour le peu que je pouvais faire, mais déjà que je n'étais pas super à l'aise, je voyais bien qu'il ne l'était pas non plus. Quelque chose me disait que c'était de ma faute. Je n'avais pas suffisamment de connaissance en cercle social ou plutôt comment socialisé ainsi pour devenir ''ami'' ou ''bonne connaissance'' ou je ne sais plus quel terme, mais tout ça pour dire mes compétences en la matière était médiocre. De voir MinHo être mal à l'aise de la sorte, j'avais l'impression d'avoir fait une gaffe énorme et de l'avoir mis mal à l'aise pas ma drôle d'attitude. Je me mordis la lèvre inférieur, me demandant comment il serait 'normal' de rendre la situation malaisante. Il n'y avait que le fait que nous étions compagnons de chambre et aussi que nous allions à la même école qui pouvait être un sujet. Je n'aimais pas m'émincer dans les affaires des autres de la sorte.

-Je tiens à m'excuser si je te rend mal à l'aise…j'étais seulement curieux de connaître qui était la personne avec qui je partageais cette chambre…j'ai remarqué que tu venais aussi des bois..mais il semblerait que mon tact me manque, j'en suis navré.

Je fis une moue légère et inclina la tête pour m'excuser. Le tout sonnait étrange et je n'aidais sans aucun doute pas, comme d'habitude. Au moins, si nous étions capable de nous saluer et de nous dire quelques mots juste pour dire par la suite, ça serait moins lourd que juste rien du tout…je lui montrai du bout du doigt les ramens qu'il était en train de préparer et tentai un sourire.

-Cette fois c'est ta tournée, la prochaine fois c'est mon tour…si tu n'y vois pas de problèmes biensur..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frères des Bois...   Dim 9 Sep - 2:30

Il y a longtemps que je ne me suis pas présenté à un inconnu. Presque tout le monde connait mon nom ou mon surnom sur le terrain. Je suis plutôt populaire dans l'université, de plusieurs façons même. J'ai l'impression qu'il y a plus d'étudiants qui me détestent que d'étudiants qui m'aiment, mais je n'y porte pas tellement d'attention. Normalement, les gens savent mon nom et moi, j'ignore les leurs. Je ne vous cacherai pas que dans plusieurs cas, je m'en balance! Je n'ai que cinq véritables amis et quelques connaissances que j'apprécie, je ne suis pas du genre social depuis ma tendre enfance! Je ne sais pas pourquoi je suis si énervé après m'être présenté à mon colocataire ... J'imagine que le fait qu'il ignore complètement qui je suis me donne envie de lui parler, cela et le fait qu'il semble très sympathique!

Je ne dirai pas que je veux à tout prix devenir son ami! Je n'exclue pas cette option, mais je doute qu'il ait envie de traîner avec moi lorsqu'il me connaîtra un peu mieux ... Je parle comme si nous allions apprendre à nous connaître. Il s'est simplement présenté et moi et je pense déjà au jour il me trouvera trop ennuyant pour traîner avec moi ... Je pense trop et je ne parle pas assez, voilà mon plus gros problème. Key ne cesse pas de me le dire et je commence à croire qu'il avait raison depuis le début. Si Sunsu pouvait lire dans mes pensées, il me trouverait peut-être stupide de m'emballer pour si peu. Il ne le sait probablement pas, mais ce début de conversation va peut-être m'aider à devenir légèrement plus social? Je ne dis pas que je vais me mettre à parler à toute l'école et sourire à tout le monde! N'exagérons pas!

Je ne savais pas si je devais continuer cette conversation et je savais encore moins comment la continuer alors j'étais retournai à la salle de bain pour finaliser ma préparation. Je ne voulais pas non plus laisser un grand silence s'installer après notre présentation très brève, c'est pourquoi je lui proposai un simple bol de ramen. J'espérais qu'il me parle un peu plus et qu'il soupe avec moi. J'étais nerveux et mon interlocuteur devait s'en apercevoir ... À ma grande joie, il accepta ma proposition et il se leva aussitôt pour venir m'aider. J'évitais de le regarder. Je fixais l'eau bouillir tout en l'écoutant me parler. Comme je le pensais, il sentait ma nervosité. Ce n'était pas tellement de sa faute, il agit normalement, ce n'est que moi qui est trop introvertie! Ce qui m'intrigua davantage, ce fut sa dernière phrase. Il avait remarqué que je venais des bois aussi? Comment pouvait-il le sentir? Je n'avais pas du tout porter attention à lui de cette manière. Je suis si habituer à vivre comme un humain lorsque je suis dans l'université que j'avais complètement oublié qu'il pouvait être une créature derrière ce visage chaleureux.

< Ne t'excuse pas pour si peu, tu agis normalement ... Il est rare que je rencontre de nouvelles personnes, alors j'ignore comment je dois agir, tu n'y ais pour rien. >

Je souris légèrement en terminant ma phrase, car je me trouvais idiot. xD

< Je suis tout aussi curieux que toi. Et je le suis encore plus puisque que tu sais que je viens de la forêt. Comment l'as-tu devinez? >

Rien, je ne sentais rien du tout même si j'essayais de me concentrer un peu plus sur sa personne. J'imagine que je manque un peu d'expérience pour ne pas pouvoir détecter une chose qui semblait si simple pour mon colocataire. J'étais encore plus curieux à son égard. Je me demandais quelle sorte de créature des bois il pouvait être ... Il était impossible qu'il soit un centaure, car il ne connaissait pas mon nom et parmi les centaure, j'y ai laissé une réputation assez marquante. Peu importe, je n'étais pas pour lui demander directement!

L'eau des ramens étant finalement bouillante, je sortis les nouilles du sac puis je les trempai dans l'eau. J'ajoutai le bouillon et les minuscules légumes qui viennent avec le repas. Sunsu avait déjà sortis deux bols, alors il ne restait plus qu'à attendre. Je souris en l'entendant me dire que la prochaine fois sera sa tournée, comme si je lui préparais un délicieux repas! xD

< Ce ne sont que de ridicules ramens, tu ne me dois rien. Si j'étais en train de te préparer un bon steak je comprendrais. >

Encore une fois, la fin de ma phrase se termina avec un léger sourire. Je ne sais pas ce que j'ai cette année, je souris beaucoup plus qu'avant et ça me perturbe! Les ramens enfin prêt, je les plaçai dans les bols et nous pouvions manger! Je pris place à la petite table avec mon bol qui sentait trop bon. :3

< Bon appétit. >

Je pris une énorme bouché juste après avoir terminé ma phrase. J'étais plus qu'affamer!
Revenir en haut Aller en bas
Park Sunsu

avatar

Groupe : /
Masculin Mon activité RP : 3
Loisirs : Little Coffee Shop
Image :D :
Messages : 166
Date d'inscription : 19/04/2012

Some details...
Étudiant en : Medecine
Emploi: Little Coffee Shop
Statut :

MessageSujet: Re: Frères des Bois...   Mar 23 Oct - 0:33

C'était déjà un pas de plus. Je ne savais pas encore vers quoi. Quel être anti-social je faisais? Il n'y avait bien qu'au Little Coffee Shop que je pouvais sembler être social. Mais qui exactement pouvait avoir l'air anti-social lorsqu'il travaillait avec le publique? L'on a qu'à revêtir un sourire et retenir. On sourire pas trop niais, mais qui dégageait suffisamment pour atteindre les clients. C'est ainsi que l'on s'assurait qu'un client revienne. Sunbae m'a souvent répété cela dernièrement, mais lui, il sourit TOUT LE TEMPS. J'ai du mal à croire qu'il pouvait faire ça à longueur de journée…À ce demander si c'était un vrai sourire ou un faux. Si c'était un faux, il était un excellent acteur, mais il arrivait du même fait à attirer beaucoup de clientèle…des habitués qui aimaient son sourire et ce qu'il faisait. Le reste tenait à moi et l'autre employée dont je ne voyais presque jamais. Selon mon sunbae, même sans pouvoir, le regard et le sourire faisait toute la différence. Un apprentissage vers la sociabilité!

Être face à MinHo de cet façon, j'avais presque du mal à croire que j'arrivais à avoir une conversation…peut être que c'était parce que cela nous avait pris beaucoup de temps avant de réussir à se dire quelque mots. J'avais appris à connaître le décor avant mon colocataire. Je possédais tout de même le nez d'un chasseur. J'étais toujours un renard au fond. Peut importe ce que l'on dirait; pacte avec le diable ou une malédiction, ça ne changeait pas la créature que j'étais à la base. Le fait que je ne m'étais jamais forcé à vivre socialement avait dû beaucoup m'aider à garder ce sens éveiller. Même si je m'abandonnais peu à peu…j'avais l'impression que d'avoir un colocataire des bois pourrait peut être me ramener des souvenirs…d'il y a plus de mille ans. Avant d'avoir rencontrer ma dame-mère biensur, celle qui m'avait amené sur la voix pour devenir huli jing. Ou peut être pas…peut être que je pourrais renouer un meilleur lien avec la nature peut importe ce qu'il adviendrait? C'était un souhait de longue date.

MinHo répondit à mon excuse d'une drôle de façon. Rien de grave. Seulement je me lisais à travers ses mots. C'était un drôle d'adon que de se retrouver en chambre avec quelqu'un venant du même milieu que soit, mais qu'en plus avait la même difficulté que soi. Ou bien, est-ce que toute personne venant de la forêt était ainsi? Dur à dire. Ses derniers mots se voulaient rassurant, j'en suis certain, mais je trouvais ça tout de même étrange de n'y être pour rien. Parce que c'était un défaut que j'avais aussi, mais aussi parce que je n'avais pas l'habitude de tel mots. Je lui rendis son sourire. C'était tout de même une bien drôle de question. Comment avais-je fais pour le deviner? Cela voulait dire qu'il n'était pas un chasseur ou que cela faisait longtemps qu'il avait été pleinement en nature…ou les deux? Un chasseur avait la chasse dans le sang…, donc il ne devait pas être un des chasseurs les plus féroces s'il en était un. Celon moi, il n'avait pas l'air d'un chasseur, mais j'avais appris quelques choses avec mes années de chasses; ne jamais juger quelqu'un par les apparences.


- J'imagine avoir suffisamment vécu longuement dans les bois pour reconnaître ce qui de la forêt de ce qui n'y vient pas...

L'eau fin prête, les bols que j'avais préparé étaient maintenant en possession de MinHo qui finissait les préparations. Je n'avais pas envie de lui dire mon âge. Je ne pouvais pas savoir s'il était plus vieux que moi ou non, mais une chose était certaine, les non-humains sur cette île, ne devaient pas connaître mon âge. Ma dame-mère m'a souvent dit que l'âge en disait long sur les pouvoirs d'un huli jing, malgré que je faibli à vue d'oeil depuis qu'elle n'est plus là et encore plus depuis mon arrivé sur l'île ce qui était à ne rien comprendre. Je tiendrai probablement encore un peu ma langue avant de dévoilé quel était mon vrai visage. De toute façon, je ne lui poserai pas de question. Je croyais pouvoir faire confiance en mon 'frère des bois'. De toute évidence, le plus fourbe, mis à part le serpent, c'était bien le renard et je n'ai aucune intentions de me servir de lui ou de le manipuler, donc je n'avais rien à craindre non? Logiquement. Au pire, j'en payerai le prix; pas envie de me prendre la tête avec ça pour le moment.

-J'insiste! Même si ce ne sont que de simples ramens! Tes ramens nous ont permis une rencontre, ça en vaut une deuxième, peut importe ce qui est dans l'assiette…non?

Je le suivis de près avec mon assiette et m'assis en face de lui. Alors qu'il me souhaitait 'bonne appétit', moi je m'inclinai devant mon assiette en tenant mes baguettes. Vieille habitude apprise il y a environ 200 ans. Peu importe ce qui se trouvait devant moi, j'avais pris l'habitude de montrer une sorte de respect pour ne pas froisser. À l'époque, il était déjà suffisant que ma dame-mère et moi aillions une énergie différente des autres, il ne fallait pas sortir des moeurs des villages où nous étions. Il fallait vite les apprendre si l'on ne voulait pas être brûlé à vif. Avec le temps, j'avais juste accumulé toutes ses marques de politesse, sans avoir appris les nouvelles par contre.

Je plongeai mes baguettes dans le bol et remarquai l'énorme bouché que mon coloc pris. Un énorme sourire s'afficha sur mon visage. C'est vrai qu'il se faisait tard et que j'avais faim. Le fait qu'il y avait des légumes dans mon assiette me contraignait un peu. Pas que je n'étais pas capable d'en manger, disons que j'avais appris à en manger pour survivre, mais ça ne valait pas de la viande. Les ramens combleraient sans aucun doute le vide de mon estomac jusqu'à demain, lorsque je travaillerais au Little Coffee Shop et que je convaincrais mon Sunbae de me laisser manger un peu de viande à déjeuner. Je mangeai avec presque autant d'entrain que MinHo. Je prenais mon temps quand même. J'observais mon compagnon du coin de l'oeil pour être certain que je n'omettais pas une marque de politesse, mais au final, nous semblions plus remplir nos estomacs qu'autre choses.


-Tu étudis en quoi? Je suis étudiant en médecine….ça fait longtemps…que tu es arrivé à Mystika?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Park Ho Chull
Propriétaire de la Pizzeria Etang!
avatar

Groupe : Athlètes! :)
Masculin Mon activité RP : 1
Age : 29
Loisirs : Cuisiner, les sports, manger! x3
Image :D :
Humeur : Happy! :D
Messages : 201
Date d'inscription : 24/04/2011

Some details...
Étudiant en : Gastronomie
Emploi: Propriétaire de la Pizzeria Etang
Statut : Célibataire qui cherche l'amour

MessageSujet: Re: Frères des Bois...   Mer 7 Nov - 23:30

Je ferme et supprime ce sujet à cause du départ de Min Ho! ;____;

(Qui va revenir avec un autre personnage, il ne se sentait pas très à l'aise avec ce prédéfini! ;D)

*______________________________________________*

Park Ho Chull
I Just Wanna Love You More And More ~~
Etang's publicity:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frères des Bois...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Frères des Bois...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charm University :: RPs-
Sauter vers: